jeudi 2 décembre 2010



Se faire à l’exclusion
La réclusion
Au même

Accepter – Capituler – Pour peut-être



Hacerse a la exclusión
La reclusión
A lo mismo

Aceptar – Capitular – Para tal vez

15 commentaires:

george a dit…

burbujas de luz...

beso,

trovador errante a dit…

Resignar - volver a signar.

Hay que volver al mismo sitio. La reclusión.

Perfecto Aurélia.

Un abrazo,
Kike

thige a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Odile a dit…

poésie et nudité

NáN a dit…

Se faire à l’exclusion
La réclusion
(ciertísimo)

Au même
(depende del día)

Accepter – Capituler – Pour peut-être
¡¡¡Ni de coña!!! (¿cómo se dice ni de coña en francés?)

Aurélia Jarry a dit…

-RE-SIGNAR-... Exacto! Es justo eso! Gracias Kike.

Nano, "ni de coña" sería...: bueno, no hay expresión tan bestia en francés... Sería: eso: ni de coña! Pero... Kike tiene la misma interpretación que yo... Confirmo! Beso!

thige a dit…

merci Aurélia :-) thibault

Aurélia Jarry a dit…

Thige, votre message était très fort... Dommage...

Yann Karaquillo a dit…

en dépit de Péguy ?

Aurélia Jarry a dit…

Pour sûr ! D'une autre façon...

thige a dit…

Bonjour Aurélia, le poème que vous avez posé là et cela ( sans rapport ou raccord avec l'image),vont et font en choeur et graphie, dessinant des silences entre les mots comme un bouquet de pas de danse; à bientôt: thibault

Aurélia Jarry a dit…

Je m'incline, Thibault... Merci.

Gg a dit…

Merci Aurélia, la synthèse est charmante: n'exclure que l'inacceptance, s'abandonner, mais dans l'enceinte de la vision_ "pour" laisser voler, l'effeuillement d'une ogive introuvable...
Qu'est-ce qu'on rigole, en plus, dans ces ruisseaux d'infime: y'a des bulles qui s'éclairent de tendresse, des troubadours reclus dans des labyrinthes de premier plan, des échappées de brise, évocatrices de l'ascendance, des querelles à Brest, et la sangria d'un partage pour s'incliner à persister...
Pour peut-être, aller à la mer?

Aurélia Jarry a dit…

Ey, Señor Gg ! Je ne saurais comment faire écho à tant de beauté dégustative...! Seulement, oui, en allant à la mer ! Vite !

Gg a dit…

C'est ça, faisons-nous écho, d'une cîme, l'autre, peut-être une avalanche totale en finira-t-elle par ébranler toutes ces ruines du labyrinthe du monde...Et alors, non seulement à la mer, ou dans votre bain de jouvence, vous seriez... délicieuse!