lundi 5 novembre 2007

Chut Choc

Tomber par terre de tout son haut
La tête qui heurte violemment le sol
Perdre connaissance
Réminiscence d'une autre chute
D'une blessure pas si bien cicatrisée


Choc qui vomit ce qui était enfermé
Peur de la mort de celle qui rassure
Baillon sur l'indicible, l'inenvisageable
Vous, vous aussi vous pourriez mourir, me laisser là


Tête tombée par terre
Tête qui bât top fort
Tête réveillée par la douleur
Tête qui se prend pour un corps



Caer al piso desde la altura entera
La cabeza choca violentamente contra el suelo
Desmayarse
Reminiscencia de otra caída
De una herida no tan bien cicatrizada

Choque que vomita lo que estaba encerrado
Miedo a la muerte de la que consuela
Mordaza sobre lo inefable, lo inconcebible
Usted, usted también se podría morir, dejarme acá

Cabeza caída al piso
Cabeza que late demasiado fuerte
Cabeza despertada por el dolor
Cabeza que se las da de cuerpo

5 commentaires:

Miss_Yves a dit…

Très beau jeu d'ombres ...
J'apprécie beaucoup ta poésie bilingue et intense .
Il me semble que l'univers passionnel et sombre du tango a des affinités avec celui de Barbey d'Aurevilly !
Miss Yves

Lara a dit…

"Cabeza que se las da de cuerpo"...

Es muy bueno esto, maga maguísima, muy bueno (todo entero).

Un algo... a dit…

esa cabeza! esa cabeza!

Clara a dit…

Ceux qui vont mourir ne sont pas encore morts
Ceux qui sont déjà morts vivent encore
dans nos oreilles et dans nos yeux
Prendre le temps de vivre, prendre le temps de dire
Parler, raconter, faire perler les mots
Avant que la tête ne tombe

Je t'embrasse fort, copine fantômette

Aurélia a dit…

Merci d'être passée par là.
Merci de connaître ces mots-maux. Il faut que les coeurs qui débordent d'amour puissent éclatter sans retenue. Ensemble.