lundi 6 octobre 2008

Nos peaux


Tais-toi
Méfiance
Gardons le souvenir
En silence
De notre ami
Des mots-maux

Se méfier, oui
Déjà dit, écrit

Soyons petits
Sans parole

Toi et moi

Tous deux les connaissons trop bien
Ceux
Qu’on ne peut écrire
Tant ils sonnent fort

Un seul rempart
Pour l’instant

Ta peau

Tais-toi

Tais-toi
Ta peau aura toujours raison
Tais-toi
Jamais tu ne seras à la hauteur

De
Ta peau

Devant toi
Devant moi
Nous devance
M’appelle
Me panse

Tais-toi
N’écoute qu’elle

Pas même l’humour

Lui aussi badine trop
Avec
L’Autre
La plaie
La grande
L’Intelligence

Bien sûr qu’elle nous subjugue
Bien sûr qu’elle aura toujours raison de nous
Bien sûr que nous n’en réchapperons pas
Ne nous en relèverons pas

La blessure
Impansable

Alors
A sa lueur aveuglante
Juste
J’aspire
A
Ta peau

Aucune autre, tu le sais bien
La tienne, dans la bataille aussi

Contre l’Autre

J’appelle ta peau, pour l’heure
Je n’appelle qu’elle

Le seul pansement

Ta peau
Seule
A pouvoir
Nous sauver
De l’autre superficie
Abyssale
Insaisissable

Saisissons-nous par la peau

Le risque n’est pas là
Pour nous


L’Autre

Rôdera toujours
Au-dedans
De nous-mêmes
Esseulés

Prends nos peaux

Fuyons

Sauvons nos peaux


(Palermo, Buenos Aires)

Nuestras pieles


Callate
Desconfianza
Mantengamos el recuerdo
En silencio
De nuestro amigo
De los «mots-maux» (palabras-males)

Desconfiar, sí
Dicho ya, escrito

Seamos pequeños
Sin palabra

Vos y yo

Ambos los conocemos demasiado
A esos
Que no se pueden escribir
De tan fuerte que suenan

Una sola muralla
Por el instante

Tu piel

Callate

Callate
Tu piel siempre tendrá razón
Callate
Nunca estarás a la altura

De
Tu piel

Delante de ti
Delante de mí
Se nos adelanta
Me llama
Me cura

Callate
No escuchés más que ella

Ni siquiera el humor

También liga demasiado
Con
La Otra
La llaga
La grande
La Inteligencia

Claro que nos subyuga
Claro que siempre nos podrá
Claro que no escaparemos de ahí
No nos levantaremos

La herida
Incurable -Impensable

Por eso
A su lumbre cegadora
Sólo
Aspiro
A
Tu piel

Ninguna otra, ya sabés
La tuya, en la batalla también

Contra la Otra

Llamo a tu piel, por ahora
No llamo más que a ella

No hay más que ella
La única cura-pensamiento

Tu piel
Sola
Pa’ poder
Salvarnos
De la otra superficie
Abisal
Intangible

Agarremonos por la piel

El riesgo no está acá
Para nosotros

La Otra
Siempre rondará
Adentro
De nosotros mismos
Desolados

Coge nuestras pieles

Huyamos

Salvemos nuestras pieles



8 commentaires:

matias fernandez fernandez a dit…

buenas fotografías Aurélia!
y los textos como gritos, parecieran.

TKH - Clara a dit…

Ce texte est très beau, il me fait penser à Marina Tsvétaïeva. La rythmique est très belle aussi, ça donne envie de le chanter, aussi bien en français qu'en espagnol.

Aurélia a dit…

Gracias, compañera...

St Loup a dit…

-Ce n'est pas la peine d'essayer de comprendre. On ne peut pas comprendre à ce point.
-Il y des choses comme celle-là qu'il faut laisser de côté?
-Je crois.

Marguerite Duras, Moderato Cantabile

Arturo a dit…

Mis felicitaciones por tu blog ...Llevo paseando un rato entre tus palabras ...tus silencios ...
Bravo !!! te seguiré leyendo ...
Un beso de paz ..de luz ...
A bientôt !
www.lacoctelera.com/galeria59

MARIE-LAURE SARA : a dit…

C'est très beau Aurélia...ta poésie a atteint son expression la plus juste...avec ce style bien à toi, épuré, juste...oui, la peau a raison ou bien parfois elle nous déborde...moi je peine à oublier cette peau contre la mienne, si douce et si ferme...cette peau qu'un coeur trop inquiet n'a su écouter et suivre en m'aimant...

Anonyme a dit…

Joyeux Noel !!!
Feliz Navidad !!!
Pace & Love
www.lacoctelera.com/galeria59

Arturo a dit…

Joyeux Noel !!!